Expositions

 

PRAGUE ­ – Life is Ours Gallery

Jelena Volkov x Jérôme Wehrlé
6 juillet ­- 6 août 2018
Koněvova 100, Žižkov 13000 Prague

> plus d’informations

 

STRASBOURG ­ – Le Chariot

Expolaroid ­ exposition collective
10 avril ­ – 24 avril 2018
18 rue de l’abreuvoir 67000 Strasbourg

 

STRASBOURG ­ – Le Graffalgar

(S)Expolaroid ­ exposition collective
installation éphémère visible le  29 mars 2018
17 rue déserte 67000 Strasbourg

> plus d’informations

 

 

À propos

Réfractions est une série de photographies comptant actuellement 17 images présentées sous forme de tirages uniques. Les dimensions ainsi que les caisses américaines ont leur importance dans la narration et la présence de l’image au sein de l’espace d’exposition.

Le désir de capter l’oeil du regardeur est primordial, les photographies agissent comme une fenêtre ouverte vers un ailleurs, entre notre réalité et une réalité subjective, propre au spectateur. Les images sont laissées à l’interprétation, à la manière du phénomène physique de la réfraction dont l’idée est que la perception des choses est changeante en fonction de la surface traversée. Ces surfaces sont ici les photographies, simplement numérotées pour ne pas diriger leur lecture. Nous nous trouvons entre la réalité et la fiction, face à des scènes qui ressemblent à des flashs, dans le flou ou dans la précipitation, issues d’un cauchemar ou d’un rêve. Les images se laissent faire, elles se laissent être scrutées, décortiquées, autopsiées. L’oeil navigue du noir profond vers le doré des objets plaqués or qui attirent le regard comme un appât.

Ce combat entre lumière et obscurité rappel l’âge d’or Hollandais et donne à la photographie une structure, un ancrage dans l’espace, une aura picturale. Face à cette présence, le spectateur devient acteur. Il se doit d’être actif, se nourrissant de son univers personnel, porté par sa propre subjectivité, pour que réfraction se passe, que les personnages de notre inconscient viennent à leur tour habiter ces univers immersifs.

L’or et le doré ne sont pas des couleurs anodines. Beaucoup utilisées en religion, elles représentent la lumière, le luxe et la richesse dans l’imaginaire collectif. L’or peut nous porter bonheur ou à défaut nous mener à notre perte. En opposition au noir profond mettant en apesanteur le sujet, le doré attire le regard, il devient un point lumineux, central. Appliqué sur des objets de la vie courante et de consommation cette couleur attribuée aux dieux et aux rois prend une aura de factice, d’anti-précieux. Nous ne pouvons cependant, nous empêcher de voir et de considérer ce qui en est recouvert, de troublants objets de désir.

Au-delà de l’aspect onirique de certaines situations, qui se voit renforcé par le doré, l’ancrage au réel des photographies reste primordial. Des lumières directement gérées au moment de la prise de vue photographique, peu ou pas de retouches numériques postproduction, permettent d’introduire le spectateur à un nouvel univers, tout en se liant à la réalité qu’il connaît déjà.

Commentaire par Ludivine Felden.

Contact

Vous voulez en voir plus ?
N’hésitez pas à m’envoyer un message !